ArcelorMittal négociait depuis février 2006 une prise de participation de 38% (218 millions d’euros) dans le capital de Laiwu Steel, le huitième sidérurgiste chinois. Le verdict vient de tomber. Le 14 décembre 2007, on apprenait que les autorités chinoises préféraient décliner l’offre. Selon l’agence Reuters, ces dernières auraient fondé leur refus en estimant "qu’ArcelorMittal était déjà suffisamment représenté dans ce pays". Voilà qui mérite réflexion. On n’entend pas souvent l’Union européenne, ou un de ses Etats membres, apprécier les mérites d’une prise de participation sur la base de l’éventuelle surreprésentation de l’investisseur étranger sur son territoire. ArcelorMittal, pour mémoire, possède en Chine 29% de Valin Steel Tubes et 28% (d’ici peu augmenté à 73%) de China Oriental Group, qui produit 4 millions de tonnes d’acier par an – sur un marché de 422 millions dont 22,5 millions sont produits par le champion national Baosteel.

Source : Les Echos du 14 décembre 2007.