Du 16 au 20 novembre, achACT et son réseau international sont en action pour faire écho aux voix des travailleur·euses de la confection de vêtements touché·es de plein fouet par les effets du Covid-19. Vols de salaires, licenciements massifs, violences à l’égard des travailleur·euses syndiqué·es, la Clean Clothes Campaign a relevé près de 200 cas de violations des droits humains dans les filières d’approvisionnement des marques et enseignes de l’habillement. Et il ne s’agit là que d’un échantillon des cas qui nous parviennent. De nombreux cas restent inconnus du fait des craintes des travailleur·euses de s’exprimer.

Le réseau international demande aujourd’hui aux marques de s’engager publiquement à garantir les salaires complets pour les travailleur·euses de leurs filières. Plus d’une douzaine de petites marques ont déjà répondu positivement à cet appel, il est maintenant temps que d’autres suivent le mouvement, en particulier les grandes entreprises qui ont le plus d’impact, telles que H&M, Nike et Primark.

Si tout le secteur de l’habillement est visé, un appel est plus particulièrement adressé à Primark, H&M et Nike. Nous considérons en effet que ces enseignes peuvent marquer un changement fort pour les travailleur·euses concerné·es. Parmi les cas de violations relevés par la Clean Clothes Campaign, H&M et Primark ont été citées fréquemment. Ces entreprises doivent prendre leurs responsabilités face aux abus perpétrés. Dans les filières de Nike, les travailleur·euses s’organisent et réclament leurs droits, nous y faisons écho pour qu’ils et elles y parviennent.

Bien que certaines entreprises du secteur soient touchées par les effets de la pandémie, Primark, H&M et Nike ne le sont pas.

- le groupe détenteur de Primark, Associated British Foods, a annoncé début novembre un bénéfice avant impôtsimpôtsC'est l'impôt sur le bénéfice des sociétés. Lorsque le chiffre est négatif, cela veut dire que la firme paye des impôts sur ses bénéfices. C'est un chiffre estimé. C'est l'évaluation que la firme fait de ce qu'elle devra payer comme impôt sur les sociétés. Il peut être positif, ce qui signifie que l'administration rembourse la firme. Cela peut être le cas si l'entreprise a trop versé de taxes précédemment ou si elle se trouve en pertes. de 914 millions de GBP (1 milliard d’euros) pour 2020,

- le groupe H&M a annoncé un bénéfice de 24 851 millions de SEK (2 435 millions d’euros) au cours du dernier trimestre,

- Nike a annoncé un revenu net de 1,5 milliard d’USD (1,3 milliard d’euros) et a versé 384 millions d’USD (325 millions d’euros) de dividendesdividendesRevenu de la part de capital appelé action. Il est versé généralement en fonction du bénéfice réalisé par l'entreprise. (en anglais : dividend) aux actionnaires, soit une hausse de 11 % par rapport à l’année précédente.

Parallèlement, nous estimons entre 2,7 milliards et 4,9 milliards d’euros de salaires impayés estimés, entre mars et mai 2020. Il est temps d’agir !

Tout au long de la semaine, nous relaierons des informations pour en savoir plus et des propositions d’actions en ligne !

  • N’hésitez pas à interpeller Primark, Nike et H&M comme proposé par la Clean Clothes Campaign.
  • Signez la pétition visant Primark lancée par notre homologue au royaume Uni, Labour behind the label visant Primark
  • Restez alertes, nous préparons une action de rue des plus surprenante dans le courant de la semaine !
  • Suivez-nos réseaux sociaux tout au long de la semaine, partagez et relayez !

Pour en savoir plus :

- Découvrez un aperçu des violations des droits relevés dans les filières de production de vêtement et notamment dans les filières d’approvisionnement de Primark, H&M et Nike

- Qu’est-ce que la garantie de salaire ? Plus d’infos sur le site de la Clean Clothes Campaign (EN)

- Quel écart de salaire a été constaté sur les filières de confection de vêtements ? Redécouvrir le rapport Un(der)paid in the pandemic (EN) ou son résumé en français.